Forever denim France

2 mai 2019

Avec plus de sept pays intervenants dans le processus de création d’un jeans, vendu en France, le denim semble loin dans le top des matières les plus éthiques et les plus écoresponsables. À l’heure du réveil des consciences, des marques françaises souhaitent se réapproprier ce symbole ultra-mondialisé, afin de revaloriser une production locale ancestrale, de réduire les intermédiaires et de répondre à une demande de consommation plus raisonnable voire plus qualitative.

Un savoir-faire que les confectionneurs français n’ont pas à prouver mais, plutôt, à remettre sur le devant de la scène en l’alliant aux moyens offerts par le digital. Le renouveau du label Atelier Tuffery, confectionneur de jeans depuis 1892, s’explique notamment par ce savant « mariage du métier d’artisan d’un autre siècle avec les solutions du web ». Un mariage, qui a permis de faire « évoluer le métier et de ne plus réduire les confectionneurs à de simples fabricants » explique l’actuel dirigeant et successeur de la famille fondatrice, Julien Tuffery.

photo @Atelier Tuffery

Parallèlement, aux leviers permis par le digital, cette nouvelle génération de marques et de confectionneurs, explorent d’autres pistes de développement en écho avec ces besoins de consommation plus conscients et plus locaux, en travaillant sur des matières premières locales et écologiques comme le chanvre et la laine, chez Atelier Tuffery ou sur des matières recyclées chez Patine, jeune marque française qui promet d’inventer les nouveaux essentiels, quotidien, durable, avec du bon dedans.

Mais produire local n’est pas forcément synonyme de protectionnisme, pour ces fabricants, produire local c’est savoir aussi s’appuyer sur les pays limitrophes de la France qui ont des ressources et un savoir-faire, dans le but de créer un écosystème local dynamique, différenciant et ouvert. C’est, également, la stratégie de la marque Patine, qui valorise un prêt-à-porter tout le temps, longtemps, fabriqués avec de bons ingrédients dans des localisations choisies « en fonction du savoir-faire, plutôt que là où c’est moins cher » et en privilégiant « l’Europe pour limiter les kilomètres au compteur et pour pouvoir suivre la fabrication de près ».

photo @Patine

D’autres labels suivent le pas d’Atelier Tuffery, Patine, 1083, Atelier de Nîmes avec la volonté de raconter une histoire, de parler de transmissions et de ramener du sens et de l’humain plus que de brandir une certification Made in France.

Photo couverture : Patine

Retour