FASHION WEEK I LA « BOMBA » EXPLOSE

6 octobre 2017

Jacquemus

«  Elle est retrouvée. Quoi ? La féminité, c’est la fraicheur alliée à la sensualité. »

Ces vers erronés de Rimbaud pourraient parfaitement illustrer ce nouveau retour à la féminité, célébré lors de cette dernière Fashion Week. Une mise à l’honneur, indubitable, des silhouettes féminines avec des corps qui se révèlent sans tomber dans l’objectalisation. Des corps s’abandonnant à la légèreté et s’extirpant des uniformes extra-larges, des épaules et des pièces oversize pour dévoiler des parcelles charnelles, au prisme de nouvelles approches de coupes et de portés.

Un contre-pied presque attendu. En effet, suite à l’amorce de Balenciaga, expert dans le brouillage des courbes féminines avec ses portés revisités, l’envie de redessiner les formes plurielles des femmes et de remettre le vêtement au service de la féminité s’est manifestée durant les défilés SS18. En instigateur, Jacquemus qui après s’être amusé à effacer le corps féminin, l’a exalté lors de son étonnant défilé ‘ la Bomba’. Ajoutés à cela, la déferlante de transparences, de matières fluides et de jeux de dessus et de dessous, aperçus sur de nombreux catwalks.

Monse/Lacoste/Jacquemus/Lacoste

C’est une féminité retrouvée qui fait corps avec la modernité, où les codes du sportswear, déjà bien intégrés, se mélangent au chic. Les silhouettes citadines se relâchent au profit d’un sensuel nonchalant, grâce à des portés non-maitrisés comme chez Lacoste. Des zones de séduction subtiles se livrent au grand jour grâce à des accidents de portés, révélant une épaule ou un bout de hanche. L’allure est re-dynamisée par des mix graphiques. Un sexy décentré entre étourdissement et désinvolture qui amène une vague de fraîcheur et de sensualité.

Le sous vêtement apparent, travaillé en continuité du vêtement de jour, fait aussi le jeu de cette féminité retrouvée. Alexander Wang et Alessandro Dell’Acqua chez N°21 chahutent la silhouette de la femme citadine et re-visitent les codes du sexy. Le jour se mêle à la nuit, le chic au sportswear, la féminité délicate des sous-vêtements et les jeux subtils de découpes flirtent avec le brut du raw cut et des matières authentiques. Les sous-vêtements deviennent visibles au premier et au second plan par des jeux de fusions hybrides, sophistiquées. Une grammaire stylistique complexe et sensuelle pour une nouvelle ôde à la féminité.

N°21/Alexander Wang/Giambatista Valli

photo de couverture Virginie Khateeb pour Dazed

Enregistrer

Enregistrer

Retour