SUSTAINABILITY SETTERS ❘ WHO ARE THEY ?

23 octobre 2017

Toujours sur cette toile de fond digitalisée, la nébuleuse des millenials, chaque jour, plus hybrides et pluriels, fait émerger de nouveaux profils d’influenceurs, sensibles à l’avenir de la planète. Leurs préoccupations, encore plus poussées que leurs anciens, sont contagieuses et leurs envies de ‘sustainability behaviour’ dépassent leur sphère, devenant une préoccupation plus que majeure, aujourd’hui, dans la manière de créer et de produire.

Penser le monde de demain en faisait beau et bien est une volonté commune mais qui se pense et se manifeste différemment selon les individus, leurs valeurs et leurs identités. Ce foisonnement d’actions et de communautés génèrent de multiples alternatives pour esquisser le futur, prouvant que les moyens d’actions sont riches, pouvant autant être esthétiques, stratégiques que responsables.

Le bureau Leherpeur a mis en avant quatre portraits de ‘sustainability setters’ autour desquels des communautés se construisent et proposent des solutions  :

LES BISOUNOURS, activistes du bien et du développement positif, ils adoptent la méthode douce pour sensibiliser et se reposent sur les notions fortes de partage, de visibilité et de communication. Directement inspirés du mouvement ‘slow life’ made in California, ils repensent leur style, leurs manières de consommer sur une temporalité ralentie, adoucie pour protéger l’environnement et préserver les êtres vivants. Ils maitrisent l’alliance du beau et du bien-agir.

LES HACKER PUNKS qui plutôt que l’underground, ont opté pour l’alterground. Ils vont puiser toutes les ressources et les solutions alternatives pour repenser le système et les règles différemment, à contre-courant. De la gratuité, aux échanges alternatifs en passant par la consommation minimale, ils veulent agir bien en s’écartant des médias et du système capitaliste global. En quête d’identité et de nouveaux repères, un mantra d’anti-système comme système.

LES NO TYPES, l’humana-rama où la mise en lumière de toutes les micro-communautés visibles, prônant les beautés en tous genres, dans ses multiples facettes expressives, sans standards. Une beauté qui a du caractère, de la personnalité. À l’heure de l’uniformisation, ils incarnent ces esprits singuliers et créatifs, défendent les minorités et les mettent en lumière.

LES CRAFTEURS, où les partisans d’une nouvelle forme d’artisanat et défenseurs du hand power.  À la recherche de l’essentiel et de l’utilitaire, ils s’interrogent sur le sens des choses en redonnant de la valeur à la main d’oeuvre humaine. Ils amènent une autre forme de réponse à l’uniformisation, en apportant de la visibilité aux petits, en se ré-intéressant aux processus de création et à la matière, valorisant la qualité à la quantité.

 

EnregistrerEnregistrer

Retour