LUXE & ENGAGEMENT I RENCONTRE AVEC MARIE-ÈVE LECAVALIER, L’ART ET LA MATIÈRE

28 novembre 2018

Lauréate du prix Chloé et récompensée de la mention spéciale du jury lors de la dernière édition du festival de Hyères, Marie Ève Lecavalier, nous fascine par sa capacité à marier la tradition et l’innovation, en mettant équitablement l’une au service de l’autre. Par cette alliance, la jeune créatrice canadienne réalise des pièces subtiles et maitrisées et cristallise via son processus créatif, une majorité des enjeux actuels, du retour au savoir-faire à l’avènement d’une mode upcyclée.

Pour toutes ces raisons échoïques avec le sujet de notre dernière conférence « luxe & engagement« , nous avons souhaité la rencontrer afin d’en savoir plus sur son travail, sa vision en tant que jeune créatrice ainsi que son rôle pour la mode et le monde de demain.

// PARLEZ NOUS UN PEU DE VOTRE TRAVAIL ? DE VOTRE SAVOIR-FAIRE ? 

Élevée dans une banlieue de Montréal, mon travail est très influencé par mon enfance et mon milieu. J’ai toujours perçu la mode comme un monde élitiste et intouchable, du coup mon processus créatif s’est plutôt inspiré des sous-cultures et de la réutilisation des matières, ou comment amener de la valeur ajoutée par le biais du recyclage. Mon obsession pour la déformation et les hallucinations visuelles ainsi que le souci de l’équilibre dans le design me poussent à travailler sur des pièces simples (marcel, t-shirt, jeans, etc.) tout en repoussant les limites de leurs codes sans tomber dans la surenchère. Ces éléments de recherche, recyclage et jeux de perception m’ont permis de créer une technique unique de maille en cuir qui reprend le process de la maille jersey mais à partir de chutes de cuir récupérées et s’inscrivant dans un résultat graphique plus complexe. Intégrer de la matière recyclée à un savoir-faire innovant m’aide à mettre au point des pièces haut de gamme. 

  

//EN TANT QUE DESIGNER DE LA NOUVELLE GÉNÉRATION, PLUS RESPONSABLE, PLUS ENGAGÉE, QUEL RÔLE PENSEZ-VOUS AVOIR ? 

Je pense qu’il est primordial de remettre en question le système de la mode, on parle tout de même de l’une des industries qui brasse le plus d’argent (entre un petit groupe de personnes) et qui repose beaucoup sur de la main d’œuvre gratuite (stagiaires à peine rémunérés). Les méthodes de production et les quantités demandées doivent être repensées. Le recyclage et la non perte de matières devraient être considérés. Dans un monde idéal, tous les stagiaires devraient être rémunérés, les matières utilisées différemment et les pertes devraient être recyclées. De mon côté, mon rôle est d’impulser cela, en utilisant des matières recyclées, en montant des partenariats de post-production pour utiliser des cuirs ou des tissus de fin de stocks, en travaillant dans une optique où l’on ne met pas sa santé en jeu pour faire du bon design. En tant que jeunes créateurs, je crois qu’il est important de dénoncer certains éléments du système qui ne font plus sens, commencer par en parler pour faire changer les choses.

//AU PRISME DES PRÉOCCUPATIONS ACTUELLES, SELON VOUS, QUEL DOIT ÊTRE LE RÔLE DE LA MODE DE DEMAIN ? COMMENT PEUT-ON RÉINVENTER LE SYSTÈME ?

La mode doit se tourner vers des concepts plus authentiques et plus personnels, avec un vrai retour au fait main et au luxe. Aujourd’hui, celle-ci s’inscrit dans un cycle beaucoup trop rapide qui, au final, commence à la nuire. Un bon design s’inscrira beaucoup plus longtemps dans le temps (et ce aussi commercialement) que des pièces créées dans une simple envie de calquer la « tendance » du moment. Le savoir-faire va devenir un atout de plus en plus important dans l’histoire d’une marque.

//DEPUIS HYÈRES, QUE S’EST IL PASSÉ POUR VOUS ? COMMENT VOUS ENVISAGEZ LA SUITE ? VOS PROJETS ?

Depuis Hyères, énormément de choses sont arrivées, c’est un événement qui a changé ma vie. Nous lançons la marque en Janvier et nous travaillons sur une nouvelle collection pour Mars 2019. J’ai aussi plusieurs contrats de designer freelance à côté de la marque. En me lançant dans cette aventure, je me rends compte des nombreux enjeux de l’industrie mais je réalise à quel point la recherche et l’intelligence de la création passent après le potentiel commercial. Tout est toujours une question d’argent, j’essaye juste de trouver un équilibre entre les deux afin de ne pas altérer le design au profit d’un produit futile.

Crédits photos @Crédits photos @Julien T Hamon / mannequin: Maryna P / Productrice: Roxanne Doucet @calypsomathieu

Retour