LES GRANDS PARISIENS // CÉCILE VICQ, INSTITUTRICE

Le 27 juillet 2017

Dans le cadre de notre conférence ‘Les Grands Parisiens’, nous sommes allés à la rencontre de parisiens intra et extra-muros qui font voir la vie en Grand. Nous partageons les histoires de celles et ceux que nous avons interviewé.

A chaque lieu sa confidence. Cécile nous a reçues chez elle pour nous parler de son histoire de Parisienne et au sein de sa classe maternelle pour parler de la pédagogie qu’elle aimerait mettre en place pour faire découvrir le Grand Paris à ses élèves et raconter des histoires autour de ce vaste sujet. Une confidence rythmée, entre deux éclats de rire. Rencontre.

L’HISTOIRE DE CÉCILE

« J’ai évolué dans un milieu hyper bourgeois, dans le 5ème arrondissement de Paris. Je suis la fille d’un papa militaire, de gauche – fait suffisamment rare pour être précisé – une culture où il faut rentrer dans les lignes. Ma mère est tout l’inverse : elle se fout des apparences.

Je mesure 1m80. Moi, petite, j’étais très réservée mais déjà très grande. On s’est souvent moqué de moi à cause de ma taille. Ça explique peut-être que je n’ai pas la même personnalité aujourd’hui. Jusqu’à mes 14 ans, j’ai été habillée avec des cols claudine et des serre-têtes. Et puis, je me suis émancipée. J’ai commencé à m’assumer en tant que personne, sans être forcément trop différente.

AIMER LA VIE

J’aime beaucoup la vie, même quotidienne. Je suis trop contente quand je me dis que je vais aller boire un café avec une copine, regarder une série avec mon plateau télé, ou lire mon bouquin que je kiffe.

AIMER PARIS

Paris est une ville romantique où tout est très beau. Je continue à m’émerveiller, même si j’y vis depuis 20 ans, en traversant ses différents ponts. Pour moi, même si cette ville est très grande, c’est une ville qui reste humaine.

DEMAIN

À Paris, et plus largement en France, je crois qu’on a tout à refaire. J’ai très envie que nous réapprenions à vivre ensemble, faire ensemble, partager à nouveau. Mais vraiment ! Il faut changer les mentalités et accepter chaque individu dans sa différence. Nous devrions prendre l’exemple de notre cuisine. La gastronomie française porte des valeurs qui sont centrales dans les relations humaines. Cuisiner, manger, boire, c’est partager et c’est vivre ensemble !

LA PÉDAGOGIE AU SEIN DU GRAND PARIS

Si je devais mettre en place un projet pédagogique du Grand Paris pour mes élèves, la première chose que je leur ferai découvrir, c’est tous les monuments de Paris, qui font la ville. J’aurais aussi envie de leur apprendre à se situer dans la ville, dans un quartier. Prendre des indices, voir, se repérer, pour qu’ils puissent comprendre la ville et se situer au sein de la cité. J’aurais aussi envie d’aborder le Grand Paris par le biais de contes qui les pousseraient à imaginer la ville de demain. Je travaillerai également avec eux sur des maquettes pour qu’ils puissent plancher sur leur représentation de la ville. Bien évidemment, je les emmènerais voir des musées et des expositions.

LE GRAND PARIS

Quand je pense au grand Paris, je vois une ville aux styles architecturaux différents. Je trouve que c’est une bonne chose ; de voir plusieurs époques, plusieurs styles se juxtaposer qui font aussi l’histoire de Paris…

Le Grand Paris dans 10 ans, j’imagine une ville moins bruyante et donc forcément avec moins de voiture. C’est une ville que j’aime, mais ce n’est que lorsque j’en sors que je me rends compte que Paris est une ville de bruit, de mouvement, de gens, de stress et de speed. Je pense que cette ville pourrait être encore plus agréable à vivre, si les gens étaient dans plus de calme et de verdure.

Il faudrait développer, imaginer plus d’endroits où les parisiens pourraient se retrouver, ensemble. J’aime le côté anonyme de la ville, mais j’aime aussi quand il y a des convergences. »